EXPO // Tricoter la guerre

Le musée de la Piscine de Roubaix expose jusqu’au 12 avril les figurines tricotées de l’artiste Delit Maille. Une armée de plusieurs centaines de petits soldats de laine, conçue dans le cadre d’un projet sur le centenaire de la première guerre mondiale. Du tricot dans un musée ? Pourtant, les travaux d’aiguille ont toujours été très présents dans le monde de l’art, de l’art médiéval jusqu’au street art.

Les travaux d’aiguille, de la broderie au tricot, de la tapisserie à la couture, sont traditionnellement associés aux activités manuelles et artisanales. Pourtant, les artistes proposant aujourd’hui des oeuvres textiles, renouent avec l’époque médiévale où elles étaient considérées comme un art majeur, relatant les événements religieux, guerriers ou politiques. C’est l’artiste Jean Lurçat qui, avec ses tapisseries contemporaines, rénova en profondeur cette forme artistique. On retrouve également beaucoup de travaux d’aiguille dans l’art brut. Dans ce domaine, l’un des artistes les plus marquants est Raymond Materson, connu pour ses broderies miniatures qu’il réalisa en prison à partir de fils de chaussettes. Représentations religieuses ou scènes quotidiennes, ses oeuvres sont d’une minutie (jusqu’à 500 points par centimètre carré !) et d’une naïveté troublantes. Plus récemment, le yarn bombing ou tricot urbain, créé en 2005 par l’américaine Magda Sayeg, est une forme de street art qui consiste à recouvrir le mobilier urbain de tricot ainsi que des éléments de paysage naturel comme les troncs d’arbre. C’est dans le sud de la France que l’on a le plus de chance d’en apercevoir, notamment grâce au collectif le Gang de la Wool, spécialisé en oeuvres d’art tricotées.

Raymond Materson

Magda Sayeg

Depuis plus de deux ans sur son blog, la plasticienne Delit Maille commente et décrypte l’actualité à travers ses poupées de laine, personnages de la vie publique. Ces figurines tricotées – délicates, touchantes, grotesques ou caricaturales – racontent avec beaucoup d’humour et de décalage, la vie politique, l’actualité sportive, le monde de l’art… Délit Maille utilise le tricot pour dénoncer l’absurdité du monde, prendre du recul par rapport aux événements, exprimer sa colère, son indignation mais aussi ses coups de coeur et ses combats.

Wool War One, Délit Maille

Jusqu’au 12 avril 2015, la Piscine de Roubaix abrite Wool War One, l’armée de laine de Délit Maille, dans le cadre de l’exposition Multitude. Ces 800 petites créatures tricotées, fragiles et émouvantes, dérisoires et minuscules, petites marionnettes victimes de la folie des hommes, sont d’une efficacité redoutable pour révéler le désastre que fut la Grande Guerre et rendre hommage à toute une génération sacrifiée. Si quelqu’un veut savoir pourquoi nous sommes morts, dites-leur : parce que nos pères ont menti, écrivait Rudyard Kipling.

Céline.

Multitude, Délit Maille, à la Piscine de Roubaix jusqu’au 12 avril 2015

Le blog de Délit Maille


-- Télécharger EXPO // Tricoter la guerre en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *