Droits civiques aux Etats-Unis

La sortie du film choc Détroit de Kathryn Bigelow nous a rappelé deux livres récents sur la ségrégation raciale et sur le mouvement des droits civiques aux États-Unis. Moi contre les Etats-Unis d'Amérique de Paul Beatty et Le Temps où nous chantions de Richard Powers racontent dans un registre très différent les tensions vives entre communautés et les discriminations raciales qui sont toujours tangibles aux Etats-Unis.

La sortie du film choc Détroit de Kathryn Bigelow nous a rappelé deux livres récents sur la ségrégation raciale et sur le mouvement des droits civiques aux États-Unis. Moi contre les Etats-Unis d’Amérique de Paul Beatty et Le Temps où nous chantions de Richard Powers racontent dans un registre très différent les tensions vives entre communautés et les discriminations raciales qui sont toujours tangibles aux Etats-Unis.

 

Le film Détroit se passe en 1967 au moment où les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. Le film décide de se focaliser sur la ville de Détroit qui subit un climat de contestation et de violences extrêmes depuis plusieurs jours. Plus particulièrement, il s’attache à reconstituer un épisode tragique qui a marqué les esprits : au sein d’un hôtel, des policiers bafouant toute procédure, terrorisent une poignée de clients noirs en les soumettant à un interrogatoire sadique. Le film bascule alors dans un film d’horreur éprouvant où le spectateur assiste à la torture physique et psychologique de jeunes innocents qui ira jusqu’à l’exécution de trois d’entre eux.

Moi contre les Etats-Unis d’Amérique de Paul Beatty a pour personnage principal un afro-américain qui, pour servir ce qu’il croit être le bien de sa propre communauté, va aller jusqu’à rétablir l’esclavage et la ségrégation à l’échelle d’un quartier, s’engageant dans une forme d’expérience extrême et paradoxale qui lui vaudra d’être traîné devant la Cour suprême. C’est drôle, grinçant, surréaliste, transgressif mais tellement révélateur des traumatismes et des blessures d’un pays marqué par son histoire liée à l’esclavagisme et la lutte des Noirs américains.

 

Le roman Le Temps où nous chantions de Richard Powers couvre un demi-siècle d’histoire américaine, dont la période des droits civiques, et nous offre au passage des pages inoubliables sur la musique et son histoire. On suit une famille dont la passion pour la musique l’emporte sur la cacophonie et le chaos du monde. Sublime et brillant !

Bonnes lectures !

Céline

Moi contre les Etats-Unis d’Amérique, de Paul Beatty, Editions Cambourakis (2015)

Le Temps où nous chantions, de Richard Powers, Editions le cherche-midi (2006)

 

 

 


Télécharger le PDF


Céline Chartier - Auteur

Commentaires


Les champs marqués d'un * sont obligatoires.