RENCONTRES TRANSVERSALES // Soirée de lancement

Lundi 21 novembre, l’espace d’une soirée, le plateau de le loge a abrité non pas, comme à l’usuel, un spectacle mais une discussion autour de six formes d’écriture et autant de spectacles en devenir. Comment créer ? D’où tirer la matière et comment la travailler avant de la donner à voir au public sous sa forme d’objet théâtral ? Ce sont autant de questions qui ont été abordées lors de la première des Rencontres transversales 2016-2017. Une invitation renouvelée de la Loge et du Collectif Open Source à suspendre le temps pour écouter de plus près les battements de cœur de la création théâtrale.

Imaginées pour répondre à la volonté de « trouver des espaces de dialogues entre tous les acteurs du processus théâtral» (Mathieu Huot), les Rencontres transversales proposent des temps d’échanges entre artistes, lieu de programmation et public.

Cette saison, six compagnies présentent des projets dans le cadre des rencontres. Ils étaient tous là lundi pour parler de leur projet et dialoguer sur les différentes étapes de leur création. L’occasion d’échanges riches de promesses et de découvertes. De fait, à la fin de la rencontre les paroles timides et questions furtives avaient cédé la place à des échanges plus amples et déjà constructifs ! On y a parlé :

image-752

– d’un éloge de la maladresse, d’un amour des « mal foutus » aux prises avec le langage, leurs lacunes et leurs échecs avec Nos matins qui voguent, de la Cie Nos matins qui voguent. Comment célébrer nos imperfections ? Du 23 au 26 novembre, rencontre le 25 novembre.

image-405

des petits effacements qu’on peut avoir dans la vie, avec La nuit je suis Robert de Niro. L’auteur de cette pièce est revenu sur la genèse du spectacle qui mêle trois méthodes de travail : celle de l’auteur, de la metteure en scène et de la comédienne (Cies Coup de poker, Tout Un Ciel & Hôtel du Nord). Comment faire de la place à chacun ? Le texte supporte-t-il d’être remodelé par la mise en scène et le jeu ? Du 29 novembre au 9 décembre. Rencontre le 30 novembre.

image-661

– de la relation mère-filles avec Elle revient de la Cie Les Pieuvres, un sujet top rare dans la création artistique. Le spectacle encore à l’état embryonnaire de création se nourrit à la fois de l’expérience directe des comédiennes et de la metteure en scène ainsi que du film de Guzman Strangers. Le sujet les a entraînés loin dans leurs réflexions. Comment faire passer, maintenant,  cette matière sur un plateau de théâtre ? Du 17 janvier au 27 janvier. Rencontre le 18 janvier

image-503

– d’une articulation entre le repli sur soi et l’invitation au voyage avec Cœur sacré, Cie Memento Mori, un monologue polyphonique où se répondent deux voix,  l’une  porte ce que tout le monde pense tout bas, l’autre invite au voyage, au déplacement. Un texte, comme un souffle, qui dit le monde qui va. Le spectacle ayant été créé l’été dernier, quels sont les enjeux d’une reprise ? Du 14 au 24 février. Rencontre le 15 février.

image-254

– de comment écrire en pays dominé avec Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre, Cie Nova, une traversée poétique et politique allant de la négritude au Tout-Monde, du négro-spiritual au Hip-Hop. Une pièce qui s’écrit comme elle s’énonce, au plateau. Comment faire de la poésie un arme politique contre les dominants ? Du 21 au 31 mars. Rencontre le 22 mars.

image-25

– et enfin du fardeau de l’héritage et la culpabilité diffuse avec le Voyage de Myriam Frisch, de la Cie Hanna R. Ce projet imaginé à partir d’un atelier d’écriture sur le travail et l’utopie,  et des notes de voyage d’une jeune allemande, Myriam Frisch, partie à la découverte des Kibboutz. Comment ne pas s’enfermer dans l’anecdote d’une histoire personnelle ni dans les projections inévitables de l’actualité, pour défendre un propos plus universaliste et intime ? Du 18 au 28 avril. Rencontre le 19 avril.

« Participer à de tels échanges, c’est aussi s’interroger sur sa démarche en tant que spectateurs et spectatrices. La réception, comme la création, est un processus. Il est fait d’attentes parfois non-conscientes, de désirs et de questionnements. L’opportunité de comprendre les enjeux de la création des œuvres programmées par un lieu, suscite le désir de découvrir, nous invite à une réception plus étendue et offre pour un espace de discussion et d’aller-retours enrichi d’une diversité de points de vue. »(Morgane Lory)

 Un dialogue à prolonger dès vendredi 25 Novembre autour de Nos matins qui voguent.

On vous y attend nombreux.

L’équipe des Rencontres Transversales http://www.lalogeparis.fr/programmation/1256_rencontres-transversales.php


-- Télécharger RENCONTRES TRANSVERSALES // Soirée de lancement en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *