THEATRE // Je buterais bien ma mère un dimanche

Jusqu’au 26 juin, Julie Villers, la comédienne et humoriste belge, monte sur la scène du Point-virgule, pour nous conter avec un humour trash et décapant une histoire de femmes et  de générations.

Je suis souvent étonnée par les rires « déplacés » du public au théâtre, ou au cinéma. Ces rires qui arrivent à des moments inopportuns, moments durs, bouleversants, grinçants. C’est le rire de gêne, celui qui sert à extérioriser le malaise.
Julie Villers semble avoir bâti son spectacle sur ce concept, rire de ce qui nous dérange pour mieux le supporter. Elle nous raconte ainsi l’histoire de trois femmes de la fille à la grand-mère, toutes en profond manque d’amour et de reconnaissance. Chacune a ses démons, et elles se lèguent et se partagent leurs traumatismes et leur aigreur. Mais pour nous le faire ressentir sans que nous partions en courant devant la profondeur du malaise, elle utilise un humour mordant, grivois, grossier, clownesque sans tomber dans la vulgarité.

À la façon des vrais clowns, ceux qui savent tout faire avec talent : chanter, danser, mimer, faire rire, faire réfléchir, déranger et même faire pleurer,  elle nous entraîne dans un tourbillon bruyant, musical, acrobatique et osé pour dessiner les femmes de cette drôle de famille amorale, toutes liées par le malheur et le rejet.

On rit à des situations horribles. On rit mais c’est tout de même épouvantable et terriblement triste. Le pari est réussi, on rit, on sourit, on glousse mais on ne se sent ni gêné(e)s, ni affligé(e)s. On déculpabilise, de ne pas toujours être à la hauteur, de penser parfois au meurtre, de ne pas être le parent parfait, d’être plein de nos démons… qui ne sont pas si terribles dans le fond quand on voit ce que ça pourrait être.

Gaëlle

Julie Villers – Je buterais bien ma mère un dimanche

Actuellement au Point-virgule, tous les dimanches et lundis du 5 mars au 26 juin 21h15 – Durée 1h

Le Point-virgule – 7, rue Sainte Croix Bretonnerie – 75004 PARIS

Sketches de et avec Julie Villers, mise en scène de Johanna Boyé.


-- Télécharger THEATRE // Je buterais bien ma mère un dimanche en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *