PRISONS // Art urbain

Ernest Pignon-Ernest, la mémoire des murs

Jusqu’au 29 mars, la galerie Lelong expose une série de photographies et de dessins liés à l’intervention de l’artiste de street art, Ernest Pignon-Ernest, sur les murs de la prison Saint-Paul à Lyon. Des images fortes et émouvantes en hommage aux détenus, célèbres ou inconnus, qui ont occupé les lieux.

© Ecce Homo X, 2012, Ernest Pignon-Ernest

© Ecce Homo X, 2012, Ernest Pignon-Ernest

La prison de Saint-Paul à Lyon est une prison désaffectée, fermée en 2009 et rouverte pour les journées du patrimoine en 2012. Plusieurs artistes, dont Ernest Pignon-Ernest, ont été invités à s’exprimer à l’intérieur de l’enceinte. La prison Saint-Paul n’est pas une prison ordinaire ; de nombreux résistants y ont été emprisonnés, dont Jean Moulin, Raymond Aubrac et Marc Bloch ; beaucoup y ont été torturés et exécutés.

L’exposition montre les photos des dessins réalisés sur du papier fin et collés sur les murs des couloirs, des cellules et des cours de la prison. En inscrivant sur les murs leur destin tragique, Ernest Pignon-Ernest fait revivre le passé et les souvenirs des hommes et des femmes victimes du régime nazi et de la police de Vichy. Des visages, des corps, des silhouettes grandeur nature et fantomatiques qui révèlent toute l’horreur que la prison a abritée.

© Linceul, 2012, Ernest Pignon-Ernest

© Linceul, 2012, Ernest Pignon-Ernest

On y voit des visages, célèbres ou inconnus, de résistants ; des détenus alignés contre un mur, attendant d’être fusillés ; une série de corps drapés dans un linceul. Autre image forte : celle des bouteilles en plastique, appelées « yoyos », pendues à un fil que les prisonniers utilisaient pour faire passer des messages ou des produits. A l’intérieur des bouteilles, les sentiments et les souffrances des détenus que l’artiste a représentés sous la forme d’objets, d’images et de symboles : on y lit, emprisonnés dans le plastique, la culpabilité, le désespoir, le désir, la colère, la mort…

© Ernest Pignon-Ernest

© Ernest Pignon-Ernest

Ernest Pignon-Ernest, considéré comme l’un des initiateurs de l’art urbain en France, nous livre ici l’un de ses projets les plus forts, qui révèle une fois de plus son engagement politique et humain. Une exposition bouleversante qui frôle le sublime.

Céline C.

Prisons, d’Ernest Pignon-Ernest à la galerie Lelong, 13 rue de Téhéran 75008 Paris

Jusqu’au 29 mars 2014, entrée libre

Site officiel de l’artiste

 


-- Télécharger PRISONS // Art urbain en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *