DOCUMENTAIRE // Je suis le peuple

Que signifie vivre une révolution ? C’est l’une des multiples questions que pose « Je suis le Peuple ». Ce remarquable documentaire retrace la rencontre de la réalisatrice Anna Roussillon avec Farraj et sa famille, dans un village près de Louxor, à quelques centaines de kilomètres de la Place Tahrir.

Still_IAMTHEPEOPLE4

Tourné entre janvier 2011 et l’été 2013, le film agence diverses temporalités : soulèvements populaires et renversements de gouvernements se mêlent à la vie familiale et sociale par le biais des images télévisées, sans troubler en apparence le cycle des saisons et de la vie quotidienne. On va aux champs, on ouvre un moulin, des enfants naissent et des vieux meurent, et la télé se déplace d’une pièce à l’autre au gré des coupures d’électricité et de l’organisation de la vie collective. Comme l’explique Farraj à ses enfants : avant en temps de deuil, on arrêtait de regarder la télé pendant un an – mais c’était il y a très longtemps…

En contre-point de cette immobilité apparente, un autre mouvement, plus profond, irrigue ce film :  celui de la pensée politique de Farraj. Oscillant entre élans d’enthousiasme et silences chargés, mouvements d’adhésion ou de rejet, ce sont les espoirs et les doutes d’une conscience individuelle qui se reconfigurent face à l’évolution des événements et des discussions qu’il entretient avec ses proches.

Je suis le peuple est tout autant l’histoire d’une révolution historique que celle d’un dialogue entre deux individus, entre deux conceptions du politique. Si la réalisatrice ne passe jamais devant la caméra, sa présence n’est jamais occultée au nom d’une objectivité factice. A la manière d’une sociologue de l’école de Chicago, elle sait que son observation influe sur la situation, on lui parle et elle répond, faisant de ce dialogue incessant le cœur même du film : car dans l’espace relationnel créé entre Anna et Farraj, chacun est à égalité. Malgré les désaccords et les pointes d’ironie, c’est le respect qui prime, et l’exigence toujours tenue par la réalisatrice de ne pas imposer son point de vue au détriment de celui son personnage. C’est à l’échelle de cette relation que se situe la réelle leçon de démocratie.

Le film fait émerger d’autres aspects passionnants de cette micro-société : le rôle des femmes et le droit qu’elles s’octroient ou non à parler des affaires publiques, la naissance d’un imaginaire politique chez les enfants, le rapport au religieux, la pénurie économique, autant d’aspects traités avec finesse, évitant a la fois l’écueil de l’ethnocentrisme et celui de la fascination pour l’exotisme supposé de la vie paysanne égyptienne : car après tout, nous partageons d’avoir tous vécu ces révolutions par le biais de la télévision – nos seuls choix se résumant finalement au canal que nous choisissons pour filtrer les informations qui nous parviennent … par la TNT ou l’antenne parabolique.

La création documentaire pose de nombreuses questions éthiques et esthétiques sur le traitement du réel. Le film d’Anna Roussillon associe l’intelligence du propos et l’élégance formelle. Sans en avoir l’air, elle nous pousse à nous interroger sur notre conscience historique : à travers l’exemple singulier de Farraj, c’est notre propre rapport à l’action politique, aux médias, à notre positionnement d’acteur ou de spectateur passifs face aux événements qui nous questionne : quel est l’impact réel, au sein de notre quotidien, des grands changements politiques ? Révolution : «Tout changer pour que tout redevienne comme avant» ? Gageons que ce film important laissera une trace dans nos propres circonvolutions intimes…

Morgane Lory

Je suis le peuple, documentaire français d’Anna Roussillon (2014). Prochaine projection prévue le 4 mars aux Ateliers Varan
http://www.hautlesmainsproductions.fr
https://www.facebook.com/iamthepeoplethefilm

Festival International du film documentaire de Jihlava, Republique Tchèque, 2014
- Prix de la compétition internationale
- Prix du premier film
Festival Entrevues de Belfort, France, 2014
- Grand Prix du jury
- Prix du public
Festival International de cinéma de San Cristobal, Mexique, 2014
- Prix de la compétition documentaire

 


-- Télécharger DOCUMENTAIRE // Je suis le peuple en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *