EXPO // Beauté Congo 1926-2015 Congo Kitoko

C’est un bel hommage à l’art congolais que propose la Fondation Cartier avec Beauté Congo 1926-2015 Congo Kitoko. Couvrant  les 90 dernières années de la scène artistique Kinoise, moderne et contemporaine, les œuvres présentées  esquissent un luxuriant portrait de la République Démocratique du Congo.

Un portrait en esquisse seulement car le Congo dans son mouvement  perpétuel, est le terreau fertile d’une grande diversité artistique et culturelle qu’il serait impossible à consigner dans un seul espace, à appréhender  dans un souffle.  Dans  ce contexte, le choix  du curateur André Magnin d’inscrire  l’exposition dans le temps  semble pertinent et  permet d’entamer un intéressant  voyage à la fois temporel, géographique et culturel dans un Congo  en pleine ébullition.

Pour  amorcer la déambulation dans cet ensemble protéiforme  qui réunit sculptures, vidéos, photos et peintures, il  y a plusieurs façons. L’une d’elles  invite le visiteur à se laisser porter par  un des fils  rouges de l’exposition qui semble soutenir toutes les œuvres : une  même structure vertébrale, une colonne  faite d’un empilement de bouillonnements, de couleurs et de  vitalité. Impression renforcée par le parcours musical qui accompagne le visiteur tout au  long de l’exposition.

Beauté Congo_Lubaki

Un peu contenue, chez  les précurseurs  (1926-1941), dont on conserve les traces d’un art d’abord éphémère à l’initiative du belge George Thiry, c’est bien cette colonne qui animent  les œuvres des peintres de case, Albert et Antoinette Lubaki qui traduisent dans  une grande  économie de moyen et un trait simple leur environnement.

Avec l’école d’Elisabethville et l’atelier Hangar  fondé par le peintre français Pierre Romain Desfossés (1946-1958), on découvre une fois encore dans une forme d’explosion cette substantifique moelle. Les artistes s’inspirent toujours de  leur environnement et traditions mais insistent désormais sur la symbiose homme-nature. « Ils  ne se contentent pas de décrire une réalité tangible » nous dit André Magnin « ils la transcendent par un geste poétique intense. Ils ont une vision intuitive du monde. Les oiseaux nagent, les poissons volent, la brousse s’anime ; la nature qu’ils représentent est moins celle qu’ils voient que celle qu’ils connaissent et à laquelle ils sont unis. »

Il faut cependant  attendre les années 6o, période marquée par la décolonisation, pour découvrir avec les artistes populaires des « œuvres qui viennent du peuple et retournent au peuple »   dans lesquels l’écriture, la critique et l’humour viennent s’enrouler autour du pilier  de vitalité et de foisonnement propres aux artistes congolais. « Ils volent la vedette aux artistes issus de l’académie. Contrairement à ces derniers, qui puisent leur inspiration dans la tradition européenne, les peintres populaires s’inspirent de la vie quotidienne à Kinshasa et abordent des questions politiques, sociales ou relatives aux actualités du monde » André Magnin.

Beaute_-congo-Mika_01_HD_medium

Beauté Congo _Mika

Avec la jeune génération, c’est un art plus formel qui se développe. Et si  le fourmillement et la vitalité paraissent parfois domestiqués, ils conservent leur  discours engagé.

8ecfddd75e6d42909e51712a340ac502ae5433f5

Beauté Congo_Steve Bandoma

Une exposition qui se présente comme un  agréable cheminement donc, et  qui retrace en filigrane, une part de l’histoire du Congo, celle  qui colonisée, se libère peu à peu pour retrouver sa juste expression. Il conviendrait de se pencher  plus en avant sur l’histoire tragique de ce pays aux multiples richesses pour mieux comprendre son art. Pourtant, si l’initiative de la Fondation Cartier n’a pas cette ambition, elle propose déjà une belle  approche et permet une découverte qui n’est pas sans intérêt !

Marie

BEAUTÉ CONGO 1926-2015 CONGO KITOKO
Jusqu’au 15 novembre 2015 à la Fondation Cartier


-- Télécharger EXPO // Beauté Congo 1926-2015 Congo Kitoko en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *