PHOTO // Dirk Braeckman

Jusqu’au 4 janvier 2015, Le BAL présente une très belle exposition photographique de Dirk Braeckman et de ses gris vaporeux. 

La particularité de ce talentueux artiste flamand, formé tant à la peinture qu’à la photographie, se situe quelque part dans cette superbe maîtrise du noir et blanc qui lui permet de faire exister sur le papier mat une multiplicité de gris vaporeux. A travers les variations poétiques ainsi obtenues – en retravaillant la matière du négatif, la matière du tirage, en assombrissant ou en éclaircissant les photographies -, l’artiste questionne le statut de véracité du regard et amène le spectateur à se saisir de ses sens et de son imaginaire pour appréhender ce qui lui est donné à voir.
Dirk Braeckman, Le Bal

« Je préfère les images qui ne se laissent pas facilement déchiffrer par le spectateur. Ce peut être un obstacle visuel, un point aveugle dans la représentation, comme si au cours du processus, des détails avaient disparu, s’étaient perdus, des repères détruits. Cette obstruction me plaît car elle conduit le spectateur, face à l’image, à ne compter que sur sa propre perception. » Dirk Braeckman

En modifiant la vision, le photographe invite le spectateur à s’attarder non pas sur ce qu’il a photographié, mais sur le parcours qu’emprunte son regard pour décrypter une image, la faire signifier.

« La photographie est pour moi une tentative presque obsessionnelle de scanner à ma façon tout ce qui m’entoure, tout ce que je rencontre, poussé par le désir d’ordonner le chaos. Avec ou sans appareil. » Dirk Braeckman

Pour favoriser ce déplacement, Dirk Braeckman travaille son nuancier de gris et porte son ombre ici ou là, obligeant ainsi le spectateur à stationner, s’approcher ou s’éloigner, à interagir avec l’image pour en toucher le sens. Ce faisant, il l’invite à modifier sa présence au monde, à faire ce que Diane Dufour, commissaire de l’exposition définit très justement comme « se voir comme une conscience qui tourne sur elle-même. ».

Une expérience intéressante qui ouvre à une plus grande réflexion sur l’appréhension du réel. Une exposition qu’il serait vraiment dommage de rater !

Marie

Dirk Braeckman – Le Bal, 6 impasse de la Défense, 75018 Paris – Du 23 mai au 24 août 2014

http://www.le-bal.fr/fr/non-classe/dirk-braeckman


-- Télécharger PHOTO // Dirk Braeckman en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *