CINEMA // Tour de France

Après son premier long métrage Rengaine, Rachid Djaïdani continue par la maladresse et la fraîcheur de sa mise en scène de nous émouvoir et de viser juste. Un film qui cherche à nous convaincre que la France « rance » et la France « pas de chance » peuvent encore se rencontrer…

Tour de France, 2016

Suite à un règlement de compte, Far’Hook, un jeune rappeur de 20 ans, est obligé de quitter Paris. Son producteur lui propose alors d’accompagner à sa place son père Serge qui doit faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet. Une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera de Dieppe à Marseille pour un concert final…

Le réalisateur cherche à révéler deux France qui ne devaient pas se rencontrer mais finissent par s’estimer puis s’aimer. Ce road-movie n’évite pas les clichés mais Rachid Djaïdani insuffle un tel enthousiasme à son histoire qu’on finit par y adhérer. Il faut dire que le réalisateur laisse les comédiens libres d’exprimer pleinement leur talent. Tandis que Gérard Depardieu en français raciste est à la limite du cabotinage, Sadek, le jeune rappeur, s’en sort très bien.

Le metteur en scène déroute parfois avec ses plans pseudo poétiques qui ralentissent un peu le film. En revanche, certains gros plans décadrés apportent de vrais séquences d’émotions et donnent au film une couleur bien particulière. Bref, le film mérite le détour !

Salih B.

PS : Le réalisateur Uri Zohar avait bouleversé le cinéma israélien avec son premier long-métrage Un trou dans la lune, puis obtint une reconnaissance internationale avec le premier film de sa trilogie de la plage 3 jours et un enfant (un étudiant se voit confier la garde de l’enfant de son premier amour) et un prix d’interprétation à Cannes en 1967 pour le comédien principal.
Il faut courir voir les deux autres films Les voyeurs (les aventures de deux amis qui ne veulent pas grandir) et Les yeux plus gros que le ventre (un entraîneur de basket infidèle démasqué par sa femme) pour comprendre ce que ce réalisateur a donné au cinéma dans un pays sous tension. Uri Zohar s’est ensuite reconverti en rabbin orthodoxe. Drôle de trajectoire pour un cinéaste !

Tour de France, comédie dramatique de Rachid Djaïdani, avec Gérard Depardieu, Sadek, Louise Grinberg (16 novembre 2016)


-- Télécharger CINEMA // Tour de France en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *