CINEMA // My skinny sister

Le renouveau du cinéma suédois a du mal à voir le jour malgré quelques jeunes espoirs dont Sanna Lenken fait partie. Cette dernière aborde dans My skinny sister un sujet peu traité au cinéma, l’anorexie-boulimie.

My skinny sister, 2016

Stella (Rebecka Josephson) est une jeune préado rondelette et pas très sportive ; elle voudrait ressembler à sa grande sœur Katja (Amy Deasismont), grande patineuse que tout le monde admire. Mais celle-ci cache un secret que Stella va découvrir et qui va bouleverser leur complicité.

Pour son premier long-métrage, la réalisatrice s’est inspirée des troubles alimentaires qu’elle a vécus dans sa jeunesse et de sa condition de sœur. Elle raconte alors son expérience personnelle du point de vue de la cadette. L’histoire des deux sœurs nous oblige à choisir l’une plutôt que l’autre en pensant que la plus jeune est forcément la plus fragile. Le désarroi des parents vient de ce mauvais réflexe.

A travers le regard de Stella, Sanna Lenken nous introduit dans une famille en apparence sans histoires. Petit à petit la relation entre les deux sœurs se dégrade à cause de la descente aux enfers de Katja. Et si le film est réussi, il le doit surtout à la jeune comédienne Rebecka Josephson dont le jeu tout en regards amène le film vers une vraie émotion. Quant à la mise en scène, elle est faite de nombreux gros plans permettant d’aller crescendo vers le drame.

Ce film sensible, qui mériterait d’être diffusé dans tous les collèges et lycées, est utile pour les jeunes filles comme pour leurs parents en abordant avec subtilité l’adolescence et ses difficultés.

Salih B.

My skinny sister, comédie dramatique suédoise de Sanna Lenken, avec Rebecka Josephson, Amy Deasismont, Annika Hallin (décembre 2015)

PS : Le film culte The thing (1982) de John Carpenter ressort pour la première fois, en version restaurée, depuis sa sortie initiale. Une équipe de chercheurs en Antarctique découvrent un corps enfoui dans la neige depuis plus de 10 000 ans. Celui-ci se transforme à souhait sous n’importe quel corps humain. L’horreur peut commencer…

PS2 : Dans un tout autre genre, le documentaire de l’algérien Malek Bensmail Contre-pouvoirs permet de suivre la dernière élection présidentielle algérienne à travers le journal indépendant El Watan. Des images rares du journalisme algérien comme seul contre-pouvoir. Dommage qu’il ne soit visible que dans une seule salle parisienne, à savoir l’Espace Saint-Michel. A voir donc d’urgence !


-- Télécharger CINEMA // My skinny sister en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *