CINEMA // Les terrasses

Avec son film « Les terrasses », Merzak Allouache continue sa radioscopie de l’Algérie contemporaine, commencée avec succès en 1976, à Cannes, avec « Omar Gatlato ».

Les terrasses, de Merzak AllouacheLe film est composé de courtes scènes se déroulant sur les terrasses de différents quartiers d’Alger au cours d’une journée. Une grand-mère qui vit avec son petit-fils et sa fille devenue folle, après avoir été violée par des terroristes ; un groupe de musique qui passe plus de temps à se disputer qu’à répéter, un homme qui fait torturer son frère afin de lui faire signer un accord…

Au rythme des cinq prières, le réalisateur propose différents portraits plus au moins réussis. Au contraire de ce qui se passe dans la rue, les algérois sont vraiment eux-mêmes sur les terrasses, vivent leurs désirs et se laissent aller à leurs pulsions même les plus violentes. Merzak Allouache n’est pas tendre avec les algériens et aucun ne trouve grâce à ses yeux mis à part le commissaire, ancien communiste blasé.

Certes le choix d’un film choral et certains personnages caricaturaux peuvent gêner mais n’empêchent pas pour autant l’adhésion. Il aurait fallu resserrer l’histoire pour la rendre encore plus percutante.

On partage la tristesse du réalisateur pour cette Algérie pourrie par la frénésie de la consommation oubliant toute solidarité voire un minimum d’humanité. La direction d’acteurs (tous justes) de Merzak Allouache est sa marque de fabrique. Il faut voir tous ses films, même les moins aboutis, car il est l’un des représentants du cinéma algérien avec Tariq Teguia.

Salih B.

Les terrasses, drame algérien de Merzak Allouache, avec Adila Bendimerad, Nassima Belmihoub, Ahcene Benzerari (mai 2015)

 

 


-- Télécharger CINEMA // Les terrasses en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *