CINEMA // Le mystère Jérôme Bosch

On peut compter sur les doigts d’une seule main les films réussis sur la peinture. Entre les biopics lestés d’une star qui cabotine ou les films d’art réservés aux connaisseurs, c’est le désert total mis à part peut-être des œuvres telle que Le mystère Picasso de Henri-Georges Clouzot, Van Gogh de Maurice Pialat ou encore Edvard Munch de Peter Watkins. José Luis Lopez-Linares a choisi une autre voie pour son film, avec au passage un titre en hommage à Clouzot, d’abord par le décor en choisissant le musée du Prado à Madrid et un tableau unique, connu mondialement.

Le mystère Jérôme Bosch, 2016

Le réalisateur a placé face au tableau Le Jardin des Délices de Jérôme Bosch des historiens de l’art, philosophes, psychanalystes, musiciens pour chercher un sens à ce chef d’œuvre et rendre un hommage vibrant à un artiste qui défie le temps. Chacun d’eux, dans un silence de cathédrale, se laisse submerger par tout ou une partie de cette œuvre qui va des délices aux supplices. Filmés en gros plan, Salman Rushdie, Orhan Pamuk, Michel Onfray, William Christie, Renée Fleming notamment, témoignent de la puissance et de la complexité de cette œuvre profane et sacrée, réaliste et poétique…

Le réalisateur n’a fait qu’un choix de mise en scène en resserrant son cadre au plus près des visages comme des détails du triptyque de Bosch, faisant respirer le film par des plans silencieux de foule fascinée par le tableau de Bosch. Le montage simple donne au film sa fluidité sans rien enlever au mystère Bosch.

D’habitude on regrette que les documentaires ne trouvent pas leur place sur une chaîne publique mais celui-ci doit passer par le grand écran pour être apprécié. Ce Jardin des délices est tellement chargé de détails aussi importants les uns que les autres qu’il mérite qu’on s’y attarde sur toile géante. Comment apprécier sinon toutes les scènes très provocantes pour l’époque.

Là où le film devient indispensable à tous c’est qu’il libère la parole de personnalités qui parviennent à rendre le peintre fascinant et accessible à nous autres néophytes. Le documentaire de José Luis Lopez-Linares vaut beaucoup plus que tous les films de fiction qui ont essayé de nous faire aimer la peinture à coup de clichés plus ou moins justes.

 Salih B.

Le mystère Jérôme Bosch, documentaire franco-espagnol de José Luis Lopez-Linares, avec Miquel Barceló, Guo-Qiang Cai, William Christie  (26 octobre 2016)

PS : Le cinéma roumain n’est certes pas le plus gai du monde mais c’est le pays d’Europe de l’est qui propose un maximum de films novateurs et intéressants. Dogs de Bogdan Mirică creuse un nouveau sillon  qui va du polar au western. Roman est de retour sur les terres de son grand-père qu’il vient de recevoir en héritage. Alors qu’il décide de vendre cette propriété où rien ne pousse, il se trouve confronté à des mafieux dont son aïeul était le chef. Ces derniers ne reculeront devant rien pour préserver cette terre au centre de leur trafic… Le film commence par un pied seul surnageant dans un étang marécageux, puis vient une chienne nommée Police et cela finit par… Le mieux est d’aller passer deux bonnes heures sous tension rythmées par de longs plans fixes dignes de John Ford.

 


-- Télécharger CINEMA // Le mystère Jérôme Bosch en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *