CINEMA // Allemagne année zéro

A l’heure où l’Europe demande aux grecs d’oublier leur dignité, il est intéressant  de (re)voir le film  « Allemagne année zéro », de Roberto Rossellini, pour se souvenir que l’Allemagne, a eu, elle aussi, besoin du monde pour se reconstruire.

En 1947, afin de profiter du chaos régnant, Roberto Rossellini se rend dans un Berlin en ruines pour y tourner son film. L’histoire se situe en 1945. Edmund, un jeune allemand de 12 ans, essaie de gagner un maximum d’argent pour aider sa famille à survivre dans la ville dévastée par les bombardements.

Allemagne année zéro, Roberto Rossellini

Chaque personnage incarne un symbole de cette Allemagne d’après-guerre : alité et malade, le père, qui ressasse le passé dans son pyjama rayé, a fait partie des résistants qui ont fini dans les camps. Tandis que le frère, honteux soldat de la Wehrmacht se cache pour éviter la prison. La sœur plus passive, fait des ménages la journée et s’acoquine le soir avec les alliés. Au milieu de cette ambiance de fin de règne,  Edmund va, jusqu’au drame final, tenter de trouver de nouveaux amis et de nouveaux repères pour donner un sens à son existence.

Roberto Rossellini signe ici un film noir où chaque protagoniste  est aux prises avec un univers de misère et où le marché noir est roi. En pointant l’objectif sur Edmund, le réalisateur éclaire la lourde dette que l’innocence doit payer suite à cette défaite allemande. Dans ce monde déclinant où la frontière entre les perdants et les gagnants s’est délitée, les vainqueurs sont partout et nulle part et les allemands, livrés à eux-mêmes, oublient un peu trop vite leur culpabilité.

Trois ans après Rome, ville ouverte, la mise en scène d’ Allemagne année zéro s’inscrit dans la continuité du néoréalisme italien. Le choix et la prestation des comédiens allemands, pour la plupart des amateurs, sont crédibles et donnent une force supplémentaire à l’histoire.

Ce chef-d’œuvre mériterait d’être diffusé de façon permanente aussi bien en Allemagne que dans le reste de l’Europe.

Salih B.

PS : Après ce film très noir, allez-vous détendre avec la nouvelle comédie de Bruno Podalydès Comme un avion. L’occasion de rire grâce à un comique français très fin et relevé.

 

Allemagne année zéro, drame italien de Roberto Rossellini, (1949, date de reprise : 27 mai 2015)


-- Télécharger CINEMA // Allemagne année zéro en PDF --


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *